Zéro déchet

Les SHL un sujet encore tabou ? 

Le 20 avril 2021
serviette-hygienique-lavable-mode-demploi

Ah les SHL ! Vaste sujet. Serviette hygiénique lavable pour les non-initiés. Il faut absolument que je vous en parle. Parce qu’à chaque fois que j’ai communiqué sur les SHL sur les réseaux sociaux, j’ai déchainé les foules avec des commentaires complétement hermétiques voir haineux sur les produits. Pourtant, ici, ça fait maintenant quelques années que j’ai sauté le pas des protections féminines réutilisables et je ne comprends toujours pas la polémique autour de ce sujet tellement c’est simple et naturel pour moi. Alors je me lance aujourd’hui dans une série d’explications qui, je l’espère, lèvera les tabous que cela suscite.

Pourquoi c’est difficile de sauter le pas des SHL : mettre fin aux idées reçues

J’en ai entendu des vertes et des pas mures sur le sujet. En tête, c’est un retour au moyen âge, on revient en arrière, c’est comme nos grands-mères, ce n’est pas propre, et les microbes dans tout ça ? C’est dégueu, jusqu’à le « mais vous êtes malade !! » Oui oui carrément.

Alors je vais m’atteler à vous démontrer point par point que non ce n’est pas tout ça et c’est même mieux.

Je pense qu’on nous a tellement conditionnée depuis le plus jeune que les règles, c’est dégueu, tabous et que ça pue que certaines restent bloquées sur ces fausses vérités.

Mais en vrai, les menstruations existent depuis que les mammifères existent et c’est bien naturel. Même que si ça sent mauvais, c’est à cause les protections industrielles, qui génèrent ces mauvaises odeurs. Et puis, ça fait quand même partie du cycle de la vie, grâce auquel, nous les femmes, nous pouvons faire des enfants.

Alors oui, c’est du sang. Mais non le sang n’est pas sale ! Quand vous vous blessez en coupant les légumes, il ne vous vient pas à l’idée d’être dégouté et de jeter immédiatement le linge que vous avez appliqué sur la coupure pour stopper l’écoulement …

J’ajouterais en plus que ce sang là sert à donner la vie, donc c’est, de ce point de vue, carrément noble ! Quand un bébé vient de naitre, tout le monde trouve cette évènement attendrissant, magnifique, magique et pourtant ce nouveau-né est à moitié recouvert par ce même sang….C’est bizarre ce ressenti, non ? Alors assumons notre féminité, jusqu’à nos règles qui en font partie dans leur intégralité !

Arrêtons de nous cacher : utiliser des serviettes hygiéniques jetables pour pouvoir se débarrasser le plus rapidement possible de ce qui nous fait honte 3 à 8 jours par mois n’est plus envisageable. Des que ce chemin de pensées s’est installé dans votre tête, il devient alors envisageable de passer aux serviettes lavables.

Les bénéfices des SHL pour nous et pour la planète

Ils sont multiples. D’abord pour la planète. Ce sont ceux qui sont les plus visibles. De la même façon que pour les lingettes démaquillantes, passer au lavable permet de nettement diminuer la quantité de nos déchets. Sachant que les protections menstruelles jetables sont non recyclables et, pour la plupart, composées de plastique…

Imaginez, une femme utilise environ 25 serviettes pour un mois…Faites le calcul sur un an  : ça fait environ 300 pour une année… et 12 000 sur toute une vie de femme !!les dechets liés aux serviettes hygiéniques

Oyé oyé, rien que d’y penser ma poubelle est en train de faire une overdose.

Si on prends ces même chiffres pour parler budget maintenant. La aussi, c’est hallucinant. Une étude menée au Royaume Uni estime qu’une femme dépenserait entre 1500€ et 2000€ pour ses protections hygiéniques ! Oui oui, vous avez bien lu : tout ça pour finir à la poubelle !

Bref, une seule solution pour stopper ces dépenses faramineuses : investir dans des solutions réutilisables.

Du coté de la santé, la encore, les bénéfices des SHL sont nombreux. Les serviettes jetables sont composées de nombreuses molécules issues de la pétrochimie. Sans compter sur les parfums de synthèse et autres cochonneries ajoutées pour masquer les odeurs, gélifier les liquides ou que sais-je encore !

J’ai eu de nombreux témoignages de femmes qui ne supportaient plus les jetables à cause des désagréments qu’elles leur causaient : irritations, démangeaisons et j’en passe. Alors, je pense que certaines femmes sont plus sensibles que d’autres aux produits cracra. Mais ce n’est pas une raison pour les supporter une fois qu’on en a conscience.

Les SHL permettent d’éliminer certains perturbateurs endocriniens et autres substances potentiellement nocives de notre environnement proche. Je dirais même très proche : ils sont (étaient) dans notre culotte quand même !

Leur entretien

Voilà un point qui en effraie plus d’une. L’entretien des SHL. Parce que qui dit réutilisables, veut dire lavables à un moment donné. Et comme on a encore cette croyance limitante que le sang c’est sale, ben ça refroidit.

Pourtant, en vrai, il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire. D’abord, il est important de rincer les SHL à l’eau froide. Ensuite, elles passent à la machine à laver avec le reste du linge quotidien.

Chez les Z, pas de lessive particulière, pas de tournée spéciale, ça se lave avec les chaussettes et les slips et je les étends au milieu du reste. Et pour le coup, comme rien n’est vraiment caché, mes Mini Z sont déjà très au courant ce que sont les menstruations ! Elles voient mes SHL séchées à l’air, des fois même, elles m’aident à les accrocher sur le fil… J’espère bien que le tabou ne subsistera pas pour leur génération, j’y travaille.

Leur conception

Si vous avez eu le courage de tout lire, vous aurez compris que les protections hygiéniques lavables sont dépourvues de produits nocifs pour la santé. D’abord, tous les tissus que je choisis sont d’origine naturel : pas de tissus synthétiques au contact direct avec la peau. Ensuite les tissus sont tous labellisés OekoTex. Cela signifie qu’il ne reste pas de résidus potentiellement malsains dans les tissus une fois qu’ils ont été fabriqués.éponge de bambou pour SHL

Pour le coté absorbant, j’utilise de l’éponge de bambou. C’est une éponge plutôt fine en épaisseur mais qui a de grande capacité d’absorption des liquides. Parfait pour remplacer les produits gélifiants contenus dans les jetables.

Ensuite pour l’enveloppe, j’ai sélectionné des tissus en 100% coton. Et enfin, pour le coté imperméable, il y a une couche de tissu PUL. C’est un tissu qui permet d’éviter les fuites, mais en même temps, laisse respirer. C’est ce même tissu qu’on utilise pour la fabrication des couches lavables pour bébé. (oui, je sais, dit comme ça, la comparaison n’est pas très heureuse).

J’en ai fait un sujet d’article dernièrement, si vous souhaitez plus de détails.

 

La taille selon le flux, son utilisation

Plus la serviette hygiénique lavable est longue, plus elle a une grande capacité d’absorption. Logique non ? Donc j’ai cousu 3 tailles différentes. D’abord une petite pour les flux léger, ou encore en complément d’une coupe menstruelle, pour celles qui ont peur des fuites. Ce modèle taille S convient surtout au début ou à la fin du cycle.

Ensuite, j’ai un modèle taille M. Je dirais qu’il convient dans la majorité des cas. C’est un peu l’équivalent des « normales » en version jetable.

Et enfin, un modèle XL pour les femmes qui ont des règles qui ressemblent aux chutes du Niagara ou pour la nuit. Elle tient parfaitement son rôle pour toute une nuit. Cette dernière a été testée et approuvée…serviettes hygiénique lavables

Bref, on m’a aussi demandé s’il fallait changer de protections lavables plus souvent qu’une serviette jetable. Par expérience, je dirais NON. Parce que leur capacité absorbante est très bonne…donc, a part le lavage, ensuite, rien ne diffère dans son utilisation…C’est vraiment facile de devenir écologique, hein ?

J’ai poussé ma politique zéro déchet plastique jusque dans le choix des pressions. Chez les Z, elles sont métalliques pour une durée de vie plus longue.

Un peu de légèreté : les coloris

Et puis, un dernier point, un dernier avantage un peu plus futile certes, mais qui a son importance. Les SHL sont jolies !! On peut choisir son modèle préféré en fonction des coloris ou des motifs du tissu. Chose qui n’existe absolument pas dans la version jetable. Ici, j’aime beaucoup les petites fleurs…J’en mets partout, vous avez du le voir, mais aussi les formes géométriques…

Voilà voilà, j’espère sincèrement contribuer à faire évoluer les mentalités autour de ce sujet. Pour que les femmes puissent vivre leur féminité en toute sérénité avec des produits de qualité, bon pour elles, leurs corps, leurs santés et aussi pour notre environnement.

J’insiste lourdement mais c’est encore une fois la preuve que devenir zéro déchet permet certes de limiter son impact sur la planète mais surtout gagner en qualité de vie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.