Upcycling

Suivre un tuto Tawashi pour réduire ses déchets ?

Le 8 juillet 2020
tawashi DIY

Un tuto Tawashi ? Mais quelle bonne idée ! Me voici donc en quête absolue pour réduire mes déchets en cuisine. Alors, sur le papier, confectionner une éponge avec des chutes de tissus peut être une excellente idée zéro déchet, antigaspi et tout et tout. Mais finalement, après réflexion, Chez les Z, on n’est pas si convaincu que ça et je vous explique pourquoi.

Déjà, un Tawashi, qu’est ce que c’est ?

Alors une éponge Tawashi est une « éponge » carrée réalisée à partir de tissu recyclé. C’est le must de l’up cycling, Si si !

Dans tous les articles que j’ai lus, on nous promet une super éponge écolo si on suit à la lettre le tuto Tawashi. Avec des tissus qui, a priori, sont bons pour la poubelle, on fabrique de nos petits mains une éponge ! En plus, on fait marcher notre créativité !!

Une éponge pour la vaisselle ou encore le ménage. L’avantage c’est qu’on peut facilement créer une éponge d’une couleur différente pour chaque tache ménagère de la maison. Le Tawashi est polyvalent.

Pourquoi suivre un tuto Tawashi ?

Ben oui me direz vous : pour être zéro déchet, on passe déjà pas mal de temps en cuisine pour éviter les produits hyper transformés, alors si maintenant, on doit aussi fabriquer ses ustensiles, on ne va pas s’en sortir !! Certes, je vous comprends, c’est un peu vrai. Mais y’a quand même plusieurs bonnes raisons de se lancer.

D’abord, ça ne coute rien !! Et moi j’adore quand écolo rime avec économie. Ensuite, parce que nos éponges traditionnelles ne sont pas un modèle d’exemplarité pour la préservation de notre environnement.

Et oui, encore un truc qui pue le pétrole et dont on n’avait même pas idée. Nos bonnes vieilles éponges qui trainent nonchalamment sur le bord de l’évier sont en fait en plastique. Elles-mêmes emballées dans du film plastique quand on les tire du rayon ménage du super marché !! Et oui, il est encore la ce plastique ! il n’en finit pas de s’insinuer dans nos vies.

Bref, une fois usagées, elles sont jetables et donc finiront elles aussi par gonfler nos poubelles. Pire encore, elles peuvent s’émietter en mini morceaux et polluer l’eau avec de micro-particules de plastique…très difficile à éliminer lors du traitement des eaux usées.

La maintenant, vous êtes convaincus, hein ?

Comment choisir un bon tuto Tawashi ?

Alors pour faire une éponge Tawashi, on trouve une multitude de tutoriels sur Internet. J’en ai vu avec des boites et des pinces à linge. J’ai entendu parler d’une méthode avec des plaques de carton. Certaines entreprises vendent même un support déjà tout fait pour réaliser sa propre éponge. Mais à mon sens, on sort un peu de la perspective Zéro déchet…A-t-on vraiment besoin d’un énième outil à la maison ? Pas sure, sure …

Bref, ici, on a utilisé la méthode de la planche à clous qu’on a créée nous même. Parce que, dans l’esprit récup, des clous, on en a un bocal plein l’établi et que Mini-Z adore se mettre en mode Super Bricoleuse. On a d’abord réalisé un carré de 5 clous de côté…On a testé mais notre Tawashi était vraiment petit…Alors on a tenté, comme on a pu, de rajouter quelques clous sur les cotés. Ce qui donne maintenant un carré (un peu tordu) de 7 clous par 7 clous. Franchement, c’est assez ludique à fabriquer, même pour des débutants comme nous. Cette planche à clous est en fait une sorte de petit métier à tisser et c’est un jeu d’enfant pour enfiler les mailles. Sur la photo, on voit les petites mains fines de ma Mini Z : elle s’est très bien débrouillée.

Les matériaux à utiliser pour créer un Tawashi

Donc, si on suit une certaine logique, le Tawashi va réduire notre consommation de pétrole / plastique et notre quantité de micro particules de plastique émise.

Partout, on lit qu’on peut recycler des vieux vêtements usagés pour fabriquer notre éponge. Un vieux legging troué, une chaussette esseulée, un t-shirt taché. Ok, on a opté pour le recyclage de chaussettes trouées destinées à la poubelle. On les a coupées en lamelle avec une paire de ciseaux. Mais bon, après, j’ai réfléchi (ça m’arrive des fois…si…si, on n’dirait pas comme ça !). Bref, on veut limiter l’émission de micro particule synthétique dans l’eau. Mais si notre chaussette est faite en polyester ? Est ce que notre Tawashi sera aussi écolo qu’on le dit ? Ne risque-t-il pas lui aussi de polluer notre eau de vaisselle ? J’avoue que j’ai un doute. Mais n’étant pas certaine de la réponse à livrer, je vous conseillerais le plus grande prudence quant à la matière première utilisée. A savoir : des chutes de vêtements en coton 100%, et rien que ça… pas de fibres synthétiques ! (qui, je le rappelle, sont elle aussi issues du pétrole)

L’utilisation de l’éponge Tawashi

Après quelques péripéties avec les clous, les vieilles chaussettes et tout et tout…Nous avons réussi à faire 2 Tawashis. Oh c’est mignon, et presque tout doux. Les Mini Z étaient tellement contentes qu’elles en ont prise une pour leur mini cuisine jouet. La seconde est allée se poser sur mon évier de cuisine.eponge tawashi

Et c’est parti pour le test : première vaisselle. Alors oui, ça remplace facilement l’éponge du commerce, rien à dire. Mais il n’y a pas le coté grattant (pour quand ça colle au fond de la casserole grgrgrgrrrrr…). Je me dis aussi que c’est réutilisable…comme mes vieilles chaussettes, quand Tawashi est sale, il passe au lavage en machine.

Ses limites…

L’absence du coté grattant, c’est une des critiques que je pourrais faire…Mais ce n’est pas le plus gênant à mon goût. En fait ce qui est embêtant c’est qu’elle sèche très mal…voir pas du tout. Un peu comme un vieux gant de toilette laissé en boule au bord de la baignoire. Ben franchement, plus personne n’a envie de se laver avec, non? Ben la, ça me fait un peu la même impression. Je me dis que si ça reste humide tout le temps, ça va être un nid à microbes…Beurk. Et si je dois la passer à la machine à laver après chaque vaisselle…ce n’est plus trop écologique !

Du coup, j’ai trouvé une autre alternative. On m’a offert une éponge faite main. Mais cette fois-ci, elle est tricoté. En fibre naturelle toujours pour éviter de polluer l’eau. Celle que j’ai reçue est en Sisal. Et c’est top ! Ça comble tous les défauts de mon Tawashi en chaussette. Elle est un peu abrasive, mais juste ce qu’il faut pour ne pas rayer ou abîmer. Et surtout, elle est assez fine, donc elle peut sécher rapidement une fois suspendue au dessus de l’évier !!

Bon reste à pouvoir la réaliser moi même. Le hic, c’est que je ne sais pas tricoter…Je m’en vais de ce pas chercherune mercerie dans laquelle je peux acheter une bobine de fil Sisal…J’ai déjà trouvé une notice de fabrication que je pourrais passer à Mamie. Elle maitrise l’art de manier les aiguilles (heureusement qu’elle est là !)

Ma grand-mère m’a déjà transmis ses connaissances en couture, qui servent beaucoup pour le zéro déchet, mais j’avoue que pour le tricot… J’ai du mal à me lancer. Bon, on va dire, chacun son domaine créatif. Je vais laisser mamie aux écharpes et bonnet et moi je me concentrerai sur les lingettes en bambou et les essuie-tout lavables. Je trouve que c’est plutôt une bonne répartition, non ?

Et vous ? C’est votre tour ?Vous utilisez quoi pour faire la vaisselle ? Avez vous déjà testé les tuto Tawashis ? En maillage, en tricot, en couture ? Racontez moi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.